Chapitre 7 de la Règle de St Benoit .De l’humilité.10-18) le premier degré.

  • Vivre sous le regard de Dieu .

Le premier degré de l’humilité consiste à garder toujours présent à l’esprit la crainte de Dieu et à éviter de jamais oublier.

Pour St Benoit ,cela consiste à porter un autre regard sur la réalité.

Ce premier stade suppose que nous dépassions l’apparence,ce qui frappe notre oeil,nos sensations,pour discerner une autre profondeur dans les événements qui surviennent.

Vivre sous le regard de Dieu,cela signifie d’abord apprendre à lire tout ce qui nous arrive,comme une Parole de Dieu pour nous. Que cela nous plaise ou non,ne pas vivre en subissant ce qui se passe,écrasés par un sentiment d’impuissance,non ,St Benoit nous incite à lire la réalité dans une autre dimension ,la dimension interpersonnelle.

Ainsi,tout ce qui m’arrive ,se passe sous le regard de Dieu .Et Dieu éprouve une passion d’amour pour moi. Il me veut du bien.

Je ne le comprends pas toujours,j’ai parfois le sentiment que Dieu fait tout pour me contrarier,pour me démolir.

Vivre sous le regard de Dieu,c’est donc vivre avec une question sans cesse posée:comment est ce possible que cela soit pour mon bien. Vivre sous son regard,cela signifie aussi accepter de ma laisser saisir par un sens qui me dépasse toujours,qui dépasse toujours le sens que je donne à ma vie.

Dieu scrute les reins et les cœurs. Le Seigneur connaît les pensées des hommes.

Il dit “De loin ,tu as pénétré mes pensées et la pensée de l’homme te célébrera.

Pour être vigilant sur la malignité de ma pensée,je dois me répéter sans cesse en mon coeur”Je serais sans tache devant Lui quand je me garderai de mon iniquité.

 

  • Dieu est présent.

Le premier degré de l’humilité,c’est la prise de conscience que Dieu est Dieu.

Le tête à tête intérieur avec soi-même est désormais brisé. Un Autre a fait irruption dans le sanctuaire le plus intime de notre être.

L’homme se croyant seul,à l’abri des regards indiscrets,pour vivre sa double vie,et voila qu’il prend conscience qu’au fond de lui même habite le regard d’un Autre .

Un Autre “qui le regarde à tout moment”,qui “scrute les reins et les coeurs”,qui “connaît nos pensées secrètes “.

Le premier degré de l’humilité prend alors un tour quasi dramatique :le moine,l’homme se voit déjà brûler en enfer ,la stupeur se trouve mêlée de crainte.

Démasqués ,mis à nu,dépouillés de tout ce qui nous paraissait nous protéger du regard d’autrui .Comme si Dieu voulait nous vider de tout ce qui constituait jusqu’alors le noyau secret de notre personnalité .

Dans le premier degré de l’humilité,ce qui est douloureux ce n’est pas l’irruption de Dieu au plus intime de notre être ,mais plutôt le dégonflement de cette bulle orgueilleuse que nous appelons “moi”,ce faux moi sans consistance qui par son double jeu complique nous donnait l’impression d’exister .

A la lumière de la présence de Dieu,ce faux moi s’évapore,il ne reste que la triste réalité de notre duplicité ,de notre mensonge,de notre vanité.

L’effondrement du faux moi n’est que le prélude à la découverte merveilleuse de ce que nous ,sous le regard de Dieu.Ch

Sitedneanan |
Communauté de Paroisses des... |
دروس وعبر |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | مديونة حنين
| Maden Suyu
| Truth2islam