Chapitre 7 de la Règle de St Benoit.De l’humilité.(35-43) le quatrième degré.

 

  • Vivre à la lumière de Dieu.

Il consiste à garder délibérément patience en silence,dans l’obéissance aux ordres difficiles et contrariants.

Sans se décourager, ni fuir .”Celui qui persévérera jusqu’à la fin , sera sauvé.

Conforte ton coeur et supporte le Seigneur.

Surtout et même dans les adversités. A cause de toi ,nous subissons la mort tout le jour, on nous tient pour brebis d’abattoir.

Affermis par l’espérance de la récompense divine, ils ajoutent dans la joie.

“Mais en tout cela nous l’emportons grâce à celui qui nous a aimés.”

“Dieu, tu nous as éprouvés ,tu nous as décapés par le feu comme on décape l’argent par le feu: tu nous as fait tomber dans le piège,tu nous as mis sur le dos d’écrasants fardeaux”

“Tu as des hommes au dessus de nous”

L’Ecriture est en elle même tout un programme , car dans le combat de l’humilité, lorsque l’obéissance devient difficile,contrariante ou lorsque l’on se trouve confronté à une situation d’injustice ,c’est dans l’Ecriture que l’on va trouver la réponse.

L’Ecriture est le véritable manuel du combat spirituel.

A travers cette épreuve,nous allons apprendre l’attitude juste ,c’est à dire ajustée.

Elle ne livre pas facilement son secret. Il nous faut frapper souvent et longtemps à sa porte pour qu’un jour se dévoile à nos yeux le mystère de ce que nous étions en train de vivre ,sans nous en rendre compte.

Le quatrième degré de l’humilité est donc le degré ou l’Ecriture devient notre histoire personnelle.

 

  • Vivre de l’expérience de la présence de son Sauveur .

La libération de notre liberté passe par l’obéissance .Ce chemin est ardu ,St Benoit ne le cache pas .

Il en parle comme d’une fournaise qui permet de décaper l’or et l’argent ,comme d’un abattoir ou est conduite la brebis,comme d’un fardeau mis sur nos épaules,comme d’une gifle reçue sur la joue,d’un manteau dérobé;d’une route toujours plus longue,d’une trahison par des faux -frères .

Une seule envie :Fuir .

Nous sommes inviter à supporter sans se décourager,ni fuir .

Ou cela peut il nous mener ? Ou est cette liberté promise et tant désirée ?

Nous arrivons au sommet du processus évoqué au premier degré de l’humilité .

Vivre en présence de Dieu .

C’est là ,au cœur de nos échecs,de nos difficultés,de nos incompréhensions ou le Seigneur semble vouloir nous coincer que va se révéler cette expérience de la présence. Cela va se faire en deux étapes.

A cause de toi ,ce qui nous arrive,c’est à cause de Lui,nous y sommes pour rien,il nous suffirait de jeter l’éponge ,pour que cela s’arrête pour sortir de cet “enfer”  Nous ne pouvons même pas en vouloir à Dieu de nous avoir appelés,il nous      avait promis le bonheur et nous voila coincés de toutes parts,humiliés,brisés ,Cela ne peut pas durer.

Durer,jusqu’à ce qu’un petit déclic se fasse en nous ,quelque chose d’imperceptible ,qui ne change rien,mais qui bouleverse tout .

St Benoit le résume à travers une citation de l’épître aux Romains (Rm 8,37)

“Mais en tout cela,nous l’emportons grâce à celui qui nous a aimés”

Ainsi ce quatrième degré ,c’est celui  ou on se sent blessé à mort et sauve par Dieu .

C’est le degré de l’expérience du salut ,ce degré qui résume merveilleusement ce verset du psaume.”Tu m’as répondu “(Psaume 21-22)

Non seulement ,nous vivons l’expérience de la présence,mais de l’expérience de la présence de son Sauveur .

Sitedneanan |
Communauté de Paroisses des... |
دروس وعبر |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | مديونة حنين
| Maden Suyu
| Truth2islam