Chapitre 7 de la Règle de St Benoit .De l’humilité (49-50) le sixième degré.

  • L’humble acceptation de soi-même.

 

Le sixième degré est celui ou le moine ( ou moi) se trouve content dans la pire et la plus vile condition et , en tout ce qui lui est enjoint,se considère comme un mauvais ouvrier et un incapable.

Je suis réduit à rien et ne sais rien. Je suis devenu comme une brute devant toi, mais moi,je suis toujours avec toi.

Le sixième degré de l’humilité marque un renversement ,le plus profond que puisse connaître une existence humaine.

Le moine devient “action de grâces “

Avant ,il cherchait un coupable , la faute à quelqu’un d’autre.

Un jour ,tout bascule : il s’agit tout simplement “d’aimer ce qui est “Nous aimer tout simplement nous mêmes ,pour que Dieu nous aime ainsi,que nos frères nous aiment aussi tels que nous sommes .

 

Le sixième degré est la fin d’un rêve ,la fin d’une tentation: celle de vouloir correspondre à une image de nous mêmes qui nous empêche de nous accepter tout simplement comme nous sommes.

Le sixième degré ,c’est le passage si important du rêve de soi à l’humble acceptation de soi même;l’accueil paisible et simple de la réalité .

Pour que notre vie bascule dans ce sixième degré,il faut bien des années avec son cortège d’épreuves et de désillusions, de révoltes et de dépressions.

Mais cela vient un jour. A force d’amour et de patience,Dieu finit toujours par nous amener là ,au seuil d’un bonheur qu’il nous suffit de franchir .Bonheur plus beau que tous nos rêves , un simple bonheur d’homme .

Car Dieu s’est aussi incarné pour nous apprendre à devenir vraiment hommes.

  • L’humiliation salvatrice.

Moment unique et rare ou nous sommes confrontés à ce que nous sommes ,sans pouvoir y échapper .Moment terrible et douloureux,mais si on le traverse en consentant ce qui arrive,sans rejeter la faute sur autrui,sans chercher de justifications ou d’excuses ,alors une nouvelle manière d’être deviendra possible .

La traversée de la porte étroite celle du chas de l’aiguille ,cette expérience de l’impossible vécue à l’extrême,est un des moments les plus forts et les plus riches de notre existence.

L’humiliation,en effet, n’est pas seulement porteuse de mort et de destruction,elle nous permet de découvrir avec stupéfaction,que nous sommes plus petits,infiniment plus petits,mais aussi infiniment plus grands que ce que nous sommes.

Pendant une bonne partie de notre vie ,nous avons tout fait pour ne pas prendre cette voie .Nous avons inventé mille et un détours jusqu’au jour ou le chemin se resserre ou les chemins de traverse se dérobent .

Ou nous devons passer ou alors rester devant le mur.

Le pire est d’imaginer que nous sommes déjà passés par là ,que ce n’est plus pour nous.

Préparation à l’ultime passage ,à la dernière porte étroite qu’il faudra traverser à la fin de notre vie .

Devant ces passages,nous sommes des pauvres,des petits .

C’est à eux ,ces pauvres ,ces petits que Dieu a promis son royaume .

Sitedneanan |
Communauté de Paroisses des... |
دروس وعبر |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | مديونة حنين
| Maden Suyu
| Truth2islam