Chapitre 7 de la Règle de St Benoit .De l’humilité(56-58) le neuvième degré.

  • Une oreille qui écoute ,un cœur qui répond .

Ce neuvième degré est celui ou le moine garde sa langue , et , cultivant l’amour du silence ,ne parle que s’il est interrogé.

L’Évangile montre qu’en parlant beaucoup on évite pas le péché .

Et que le bavard ne se gouverne pas sur terre .

Le Silence.

En parlant beaucoup ,on évite pas le péché .Le bavard se gouverne pas sur terre .

SILENCE – HUMILITÉ

Le bavard est celui qui se laisse entraîner par son besoin de parler , et St Benoit constate que souvent , ce besoin n’aboutit qu’à dire du mal d’autrui, au péché.

Ce degré consiste donc à prendre conscience que cette pente existe en chacun de nous ,en moi ,et à reconnaître que cela peut avoir de graves conséquences .

Mon besoin de parler doit passer au second rang .Il ne s’agit plus d’un simple silence extérieur , mais d’un silence qui nous saisit en profondeur ,aux racines mêmes de notre humanité.

Dans ce silence ,ce n’est plus moi qui suit au premier plan ,mais l’autre qui “ne parle que s’il est interrogé”

Une espèce de révolution intérieure ,car mon besoin se tait pour la parole de l’autre puisse enfin être entendue , et pour que je puisse trouver une réponse .

Degré de l’altérité retrouvée , du dialogue enfin possible ,car il y a désormais une oreille qui écoute ,un coeur capable de répondre à celui qui l’interroge.

  • Le silence devient présence attentive de l’autre.

Le terme latin employé pour le silence par st Benoit,dans ce passage,est le mot “taciturnitas”forgé à partir du verbe “tacere” qui signifie” se taire””être silencieux”

Le neuvième degré de l’humilité consiste donc à tenir sa parole,à taire ce que nous avons envie de dire et qui s’échappe souvent malgré nous,de nos lèvres .

Dire son mot que lorsque nous sommes interrogé,bien difficile ,puisque la plupart du temps on ne peut s’empêcher d’intervenir .

Ne pas se laisser déborder par ce qui monte du dedans de nous mêmes,de ne pas envahie le champ de l’attention de l’autre par la parole ou l’expression du visage .

A ce stade ,le silence n’est plus une absence de parole ,mais il devient surtout une présence attentive et bienveillante de l’autre .Plus d’indifférence ,de distance ,de refus ou de négation de l’autre ,mais un accueil paisible et bienveillant de l’autre .

Le murmure,ce discours intérieur ne vient plus nous boucher l’horizon et envahir le terrain .L’homme silencieux est celui qui est devenu écoute bienveillante,attention bienveillante et présence bienveillante.

Sitedneanan |
Communauté de Paroisses des... |
دروس وعبر |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | مديونة حنين
| Maden Suyu
| Truth2islam