Chapitre 7 de la Règle de St Benoit.De l’humilité(62-70)le douzième degré.

  • Vivre toujours et partout en présence de Dieu .

 

Le douzième degré de l’humilité est celui ou le moine se signale aux regards d’autrui par l’humilité constante non seulement de son coeur ,mais aussi de son attitude extérieur.

En tout lieu,il tient toujours la tête inclinée ,les yeux baissés .

Il répète sans cesse dans son coeur la parole du publicain de l’Evangile Seigneur ,je ne suis pas digne,moi pécheur , de lever les yeux au ciel.

Je me suis couché et profondément humilié .

Cela se voit partout et en tout lieu ,que ce soit à l’office,en oraison ,au travail ,en voyage ,assis ou en marche ,il traverse l’apparente banalité des choses .

Ce secret de l’humilité , c’est que le moine vit toujours et partout en présence de Dieu.

Il vit désormais en présence de la Présence ,tel est le but de l’humilité .

Être présent à Dieu ,à soi même ,au monde environnant .

Pour St Benoit , cela peut être au début “écrasant” presque insoutenable ,comme saisi de stupeur “Tu étais là et je ne le savais pas “

Elle se transforme en Présence d’amour qui finit par chasser la crainte .

Le paradoxe du chemin que nous propose St Benoit ,c’est qu’il nous fait passer de l’inconscience superficielle et vaniteuse à la découverte terrible que Dieu était là , toujours et partout présent et enfin à l’expérience que cette Présence loin de nous écraser ,nous recrée ,nous met debout, nous guérit en nous donnant le goût du bien .

Voilà ce que ,dés lors ,le Seigneur daignera manifester par l’Esprit Saint en son ouvrier , purifié de ses vices et péchés .

Pour St Benoit ,le chemin de l’amour authentique passe toujours par la crainte .L’expérience de la Présence de Dieu va toujours de pair avec ce que St Augustin a si bien exprimé.”Tu étais là et c’est moi qui n’étais pas là “

L’humble , c’est celui qui vit en présence de la Présence .

 

L’amour vrai: reconnaître que je ne sais pas aimer.

Pour St Benoit ,l’humilité est le marchepied de l’amour

Le chemin de l’humilité est un chemin de libération qui chasse peu à peu la crainte,l’angoisse qui nous étreignent et nos empêchent d’aimer vraiment .

Au lieu de ressembler à une apothéose,à un accomplissement ,ce douzième degré a plutôt la saveur d’un terrible constat d’échec.

Reconnaître que l’on ne sait pas aimer.

Aimer commence toujours par l’expérience cuisante,douloureuse,humiliante,du non-amour ;c’est à dire que je suis incapable d’aimer non seulement mon frère,mais aussi,sans le dire ,Dieu lui-même.

Pour St Benoit ,le début de l’amour est donc un cri d’impuissance et de détresse.

Ce cri extraordinaire nous entraine hors de nous -même ,ôté à nous-même ,pour être jeté en Dieu ,vers Dieu .

Expérience de l’amour,comme celle d’une coquille qui explose ,d’une construction qui s’ effondre ,d’une immense fragilité ou peut enfin se déployer la force de Dieu.

Expérience de l’Esprit Saint qui seul peut nous faire sauter le pas,nous faire traverser l’abîme.

C’est quand nous n’en pouvons plus que Dieu prend les rênes de notre vie .

Sitedneanan |
Communauté de Paroisses des... |
دروس وعبر |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | مديونة حنين
| Maden Suyu
| Truth2islam